vendredi 20 septembre 2013

Leçon de jargon : 10 mots pour parler alpinisme. 1/2



Les amateurs d’alpinisme n’ont pas toujours les mots pour le dire ou la science infuse pour le préciser… Petite leçon de rattrapage par un maitre Capello plutôt bien dans sa montagne et dans son harnais.



Alpenstock : c’est un peu l’arrière cousin du piolet, une espèce de canne munie d’un embout ferré.

Aérien : se dit d’un endroit où on a l’impression d’être cerné par le vide.

Bac : c’est une bonne grosse prise bien confortable sur laquelle on se la coule douce.

Bastion : c’est un passage rocheux pris dans une paroi qui se traverse non sans légères difficultés…

Cake : c’est moins du gâteau que de la magnésie.

Couenne : c’est moins de la graisse de porc qu’une voie spécialement équipée pour l’escalade sportive.

Croûte : c’est une prise bien pourrie, fuyante, petite, enfin bref, assez relou…

Dégaine : ce n’est pas une histoire d’allure, mais un ensemble de deux mousquetons reliés par une sangle.

Délayer : ce n’est pas une histoire de chimie ou de cuisine, mais une façon de secouer ses bras (tout en restant accroché à une prise) de façon à diminuer le niveau d’acide lactique et d’aborder un passage difficile.

Dévers : c’est un mur sacrément tordu dont l’inclinaison va encore au-delà de la verticale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts with Thumbnails